parthenon

Le Parthénon, Athènes

partenon-athenes-greceLe temple connu sous le nom de Parthénon a été construit sur l’Acropole d’Athènes entre 447 et 438 av. Il faisait partie d’un vaste programme de construction orchestré par l’homme d’État athénien Périclès. A l’intérieur du temple se dressait une statue colossale représentant Athéna, déesse patronne de la ville. La statue, qui n’existe plus, était en or et en ivoire et était l’œuvre du célèbre sculpteur Phidias.

Le bâtiment lui-même était décoré de sculptures en marbre représentant des scènes du culte et de la mythologie athénienne. Il existe trois catégories de sculpture architecturale. La frise (sculptée en bas-relief) courait haut sur les quatre côtés du bâtiment à l’intérieur des colonnades.

parthenon metopesLes métopes (sculptées en haut-relief) étaient placées au même niveau que la frise au-dessus de l’architrave surmontant les colonnes à l’extérieur du temple. Les sculptures du fronton (taillées en ronde-bosse) remplissaient les pignons triangulaires à chaque extrémité.

Bien que le bâtiment devait subir un certain nombre de modifications, il est resté en grande partie intact jusqu’au XVIIe siècle. Les premiers chrétiens ont transformé le temple en église, ajoutant une abside à l’extrémité est. C’est probablement à cette époque que les sculptures représentant la naissance d’Athéna ont été retirées du centre du fronton est et que de nombreuses métopes ont été dégradées.

Le Parthénon a servi d’église jusqu’à ce qu’Athènes soit conquise par les Turcs ottomans au XVe siècle, date à laquelle il est devenu une mosquée. En 1687, pendant le siège vénitien de l’Acropole, les Turcs défenseurs utilisaient le Parthénon comme magasin pour la poudre à canon, qui a été enflammée par le bombardement vénitien.

L’explosion a soufflé le cœur du bâtiment, détruisant le toit et des parties des murs et de la colonnade.

Les Vénitiens réussirent à s’emparer de l’Acropole, mais la tinrent moins d’un an. D’autres dommages ont été causés lors d’une tentative de retirer des sculptures du fronton ouest, lorsque le palan de levage s’est cassé et que les sculptures sont tombées et ont été brisées. De nombreuses sculptures détruites en 1687 ne sont aujourd’hui connues que par des dessins réalisés en 1674, par un artiste probablement identifié comme étant Jacques Carrey.

Métope en marbre du Parthénon

Le décor sculpté du Parthénon comprenait quatre-vingt-douze métopes représentant des scènes de bataille mythique. Ceux du flanc sud du temple comprenaient une série mettant en scène des Lapithes humains en combat mortel avec des Centaures. Les Centaures étaient en partie homme et en partie cheval, ayant ainsi un côté civil et un côté sauvage dans leur nature. Les Lapithes, une tribu grecque voisine, ont commis l’erreur de donner du vin aux Centaures lors du festin de mariage de leur roi, Peirithoos. Les Centaures ont tenté de violer les femmes, leur chef Eurytion essayant d’enlever la mariée. Une bataille générale s’ensuivit, avec les Lapithes finalement victorieux.

Ici un jeune Lapithe tient un Centaure par derrière d’une main, tout en se préparant à porter un coup de l’autre. La composition est parfaitement équilibrée, les protagonistes tirant dans des directions opposées, autour d’un espace central rempli par les plis en cascade du manteau du Lapithe.

Fragment de la frise

Ce bloc était placé près de l’angle de la frise ouest du Parthénon, où il tournait vers le nord. Les cavaliers se sont déplacés à une certaine vitesse, mais freinent maintenant pour ne pas sembler chevaucher le bord de la frise. Le cavalier devant se retourne pour regarder son compagnon et lève une main (maintenant manquante) vers sa tête. Ce geste, répété ailleurs dans la frise, est peut-être un signal. Bien que des cavaliers à cheval puissent être vus ici, une grande partie de la frise ouest présente des cavaliers se préparant pour la cavalcade proprement dite, représentée sur les longs côtés nord et sud du temple.